Concepts Financiers & Marketing

Jean-Thomas Trojani : Espaces-temps ou la vraie intelligence des villes

Spread the love

Elle convient sans doute à des cas élémentaires, théoriques, parfaits, où le comique est pur de tout mélange. Désormais, et ce tout particulièrement depuis une réforme de 2006, tout opérateur peut mener son activité dans les jeux et paris, à condition de se conformer à une législation visant à concilier la concurrence et le respect de l’ordre public comme de la santé des citoyens. Le rôle de la formation initiale reste par ailleurs déterminant, apprentissage inclus. La grande crise de 1929 fut une de ces récessions de fin de régime, la crise actuelle en est une autre », expliquent les auteurs. Chacun y entre et en sort, à chaque instant, d’après sa convenance. Mais est-ce les décrire ? La réunion du G20 Finance à Paris s’est une fois de plus focalisée sur la relation entre les États-Unis et la Chine. Notre intelligence, quand elle suit sa pente naturelle, procède par perceptions solides, d’un côté, et par conceptions stables, de l’autre. Sans aller jusqu’à analyser les ouvrages dont il a parlé, il aurait pu peut-être en donner un résumé plus ; substantiel, plus complet, mieux proportionné à l’importance de l’entreprise philosophique dont ils contiennent le développement. Le rapport sur la stabilité financière dans le monde, rendu public par le Fonds monétaire international (FMI) porte bien mal son nom : il y est essentiellement question des risques d’instabilité ou de chocs financiers qui persistent, plus de six ans après la crise financière. Avec des positions qui demeurent très concentrées sur les pays développés de part et d’autre du Rhin. Dans le cas particulier qui nous occupe, l’objet est un interlocuteur dont les idées s’épa­nouissent dans sa conscience en représentations auditives, pour se matérialiser ensuite en mots prononcés. Mais cette comparaison du spirituel et du comique nous indique en même temps la marche à suivre pour l’étude du comique de mots. S’ils ne souhaitent pas se doter des capacités d’intervention directe sur les marchés de gros, qu’est ce qui les empêche de négocier avec leur fournisseur un contrat qui valorise leur flexibilité ? Mais, dès qu’on écarte ces diverses affections du sujet sentant, pour ne considérer, dans les actes par lesquels nous saisissons les qualités des choses, que ce qu’ils ont la vertu de représenter à l’entendement, on voit que tous dépendent de la même faculté supérieure qui cherche et trouve partout l’ordre, l’harmonie, l’unité, et qui, en trouvant ce qu’elle cherche, se convainc par là même de la légitimité de ses prétentions et de la conformité des lois générales avec les lois de sa nature propre. Si les mauvais actifs qu’ils rejettent – par exemple, les subprimes qui ont entraîné la crise financière de 2008 – sont créés de toute façon, et imposés à des investisseurs moins éclairés, les financiers ne contribuent pas plus à la société que le seigneur qui installe une chaîne en travers d’une rivière. Notre objet est encore moins de développer ici un système d’esthétique qu’un système de morale : mais il rentre pourtant dans notre cadre de faire comprendre qu’en esthétique comme en morale, la critique philosophique a essentiellement pour but d’opérer le départ entre les modifications abandonnées aux variétés individuelles ou de race, aux influences accidentelles et passagères, et le fond appartenant à la constitution normale et spécifique ; qu’elle a encore pour but, après ce départ opéré, de rechercher si les idées qui tiennent à l’état normal et à la constitution spécifique n’ont pas leur Dans l’étude scientifique des lois de la nature se présentent, en première ligne, les propriétés générales de la matière, les lois fondamentales de la mécanique, celles de la gravitation universelle. N’est-il pas presqu’évident que l’État devrait exiger de tous les citoyens, et même leur imposer, une certaine éducation ? Nous sommes les dupes du temps et de l’espace, hors desquels nous ne saurions vivre. Les grandes entreprises pourraient être tentées d’y introduire des obligations coûteuses, en temps et en argent, pour les PME, ajoutant de nouveaux obstacles au développement d’éventuels concurrents au sein de leur secteur d’activité. Pour preuve, le sondage Viavoice qui révèle que 93% des Français estiment qu’ils ont besoin de manière « prioritaire » pour l’avenir de « respect entre les gens ». On ne peut même pas dire que notre perception se rétrécisse quand nous dormons ; elle élargit plutôt, dans certaines directions au moins, son champ d’opération. On n’exerce pas ses facultés en faisant une chose simplement parce que d’autres la font, pas plus qu’en croyant une chose uniquement parce qu’ils la croient. Et, d’autre part, il se meut, entraînant avec lui les planètes et leurs satellites, dans une direction déterminée. C’est surprenant, tant ces lieux sont perçus comme des ghettos. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » L’ivresse fait dire les mots qu’on aurait pu dire en étant sobre ». Il est tout et il n’est rien ; il est tout en général, mais il n’est rien de particulier. Start-up c’est bien, mais entreprise c’est mieux. Cette refonte du système passe aussi par la mutation du réseau de commercialisation des biens.

Pages