Concepts Financiers & Marketing

Gouvernance de l’Internet – Unesco

Spread the love

La Chine aurait donc avantage à pouvoir faire des crédits en yuans aux étrangers, au lieu d’investir dans les bons du Trésor américain. Si elle a paru artificielle, si on l’a ramenée à des associations d’idées superficielles, c’est parce qu’on l’a considérée dans des opérations qui sont précisément faites pour dispenser le magicien d’y mettre son âme et pour obtenir sans fatigue le même résultat. C’est la terre, rien que la terre, et toute la terre occupée par une nation. Symboles de cette nouvelle ère : Manuela Carmena et Ada Colau, deux femmes soutenues par Podemos. L’image en est donc actuellement donnée, et dès lors les faits nous permettent indifféremment de dire (quittes à nous entendre très inégalement avec nous-mêmes) que les modifications cérébrales esquis­sent les réactions naissantes de notre corps ou qu’elles créent le duplicat conscient de l’image présente. Une ambition qui pourrait trouver une expression forte dès les 16 et 17 décembre prochains, lors de la réunion à Alger du comité intergouvernemental franco-algérien et l’annonce, par les Premiers ministres respectifs, d’un important accord de coopération économique. Cependant il serait imprudent de conclure trop vite, car, aux réceptions du soir, tout change comme par enchantement, et Milan est peut-être, avec Rome, la ville d’Italie où l’on voit, sous le feu des torchères et des lustres, le plus grand luxe de toilettes et de bijoux. En réalité, les chances d’erreur varient d’une personne à l’autre, et, même, en général, pour chaque personne, d’un jugement à l’autre. Le développement prodigieux, parfois maladroit ou prématuré, de ce que l’on nomme la statistique, dans toutes les branches des sciences naturelles et de l’économie sociale, tient au besoin de mesurer, d’une manière directe ou indirecte, tout ce qui peut être mesurable, et de fixer par des nombres tout ce qui comporte une telle détermination : quoique le plus souvent les nombres de la statistique ne mesurent que des effets très-complexes et très-éloignés de ceux qu’il faudrait saisir pour avoir la théorie rationnelle des phénomènes. Qu’elle tende bien ainsi, tout naturellement, à prendre aux yeux de l’homme une forme humaine, cela n’est pas douteux ; mais, si la mythologie est un produit de la nature, c’en est le produit tardif, comme la plante à fleurs, et les débuts de la religion ont été plus modestes. Les deux idées fondamentales de l’espace et du temps ne sont donc pas seulement des éléments de la connaissance du monde extérieur : elles outrepassent cette connaissance ; et c’est sous ce rapport que nous les envisageons ici. Afin que la conférence de Paris, présidée par la France, ne soit pas un échec, notre pays doit avoir pleinement conscience des enjeux et prendre le leadership de la lutte contre le réchauffement climatique sur le plan national, par une prochaine loi « climat énergie » de grande ambition et, sur le plan européen, par des engagements permettant d’initier un nouveau modèle à l’échelle du monde. Sera-t-il cependant ce nouveau mouvement capable de nous sortir du modernisme du XXe siècle et de sa fascination pour la production, alors indissociable de l’idée de progrès, ou de nous libérer du vide idéologique et artistique dans lequel nous a enfermés le postmodernisme ? Non seulement cette active tendance journalière à l’amélioration pratique de la condition humaine est nécessairement peu compatible avec les préoccupations religieuses, toujours relatives, surtout sous le monothéisme, à une tout autre destination. Celui qui n’agit pas comme il pense, pense incomplètement. Mais il importe surtout de comprendre, en général, au sujet d’une telle critique, qu’elle n’a pas seulement une destination passagère, à titre de moyen anti-théologique. Ainsi se forme une expérience d’un tout autre ordre et qui se dépose dans le corps, une série de mécanismes tout montés, avec des réactions de plus en plus nombreuses et variées aux excitations extérieures, avec des répliques tou­tes prêtes à un nombre sans cesse croissant d’interpellations possibles. Un certain nombre d’institutions internationales ont en effet mené plusieurs percées dans de nombreux domaines tels que la santé, la finance, l’économie, les droits de l’homme et le maintien de la paix. Mais qui était cet « il » ? Nombreuses sont les consciences qui, partout sur la planète, essaient de faire comprendre, de nous faire comprendre, que notre planète est trop belle, trop rare, pour être livrée comme une prostituée aux appétits jamais assouvis des financiopathes et autres prédateurs sans âme, à la gabegie d’un système à la rigidité cadavérique, promettant un bonheur qu’il est incapable d’assurer autrement que par la consommation exponentielle d’anxiolytiques. Gouvernance de l’Internet – Unesco, est, sans conteste, le maitre du jeu européen. Cela résulte du fait même qu’il s’est accompli. Elle le tient même à deux niveaux. Or, si l’on veut bien remarquer que ce fluide est d’une parfaite homogénéité, qu’il n’existe entre ses parties ni un intervalle vide qui les sépare ni une différence quelconque qui permette de les distinguer, on verra que tout mouvement s’accomplissant au sein de ce fluide équivaut en fait à l’immobilité absolue, puisque avant, pendant et après le mouvement rien ne change, rien n’est changé dans l’ensemble. Dans les secteurs mondiaux des services, comme l’ingénierie ou l’informatique où les concurrents sont très souvent américains, la baisse de l’euro est un plus pour les entreprises françaises. Qu’est-ce, en somme, que l’obligation, pour qui n’admet pas d’impératif absolu ni de loi transcendante ? Cette explication peut être acceptée dans les limites où l’enferment plusieurs des auteurs qui la proposent. En ce sens, la néga­tion de l’humidité serait chose aussi objective, aussi purement intellectuelle, aussi détachée de toute intention pédagogique que l’affirmation. En passe de devenir un automate autonome, enrichie de capteurs surveillant aussi bien l’état du véhicule que celui de la circulation, la voiture individuelle proposera très rapidement à ses utilisateurs des services dont on commence à peine à entrevoir l’étendue mais qui vont transformer radicalement le rapport des individus au véhicule ainsi qu’à l’espace et au temps. En continuant maintenant dans cette VOIE, on aperçoit confusément des conséquences de plus en plus lointaines, de plus en plus importantes aussi, de la loi que nous venons de poser. Plus nous nous pénétrerons de cette vérité, plus nous inclinerons à faire sortir la philosophie de l’école et à la rapprocher de la vie.

Pages