La vraie révolution entreprenariale ? Le droit à l’erreur !

Autrement dit il s’agit d’avoir du cœur et d’aimer les gens.Dans un article publié récemment, Christian Navlet a écrit :« Imaginez une administration locale entièrement digitalisée.Nous recevons par les extrémités de ces nerfs, qui se terminent à la surface de notre corps, des impressions de différents genres, suivans les différents organes auxquels ils aboutissent.Mais on conçoit que, ce qui est primitivement et purement obligatoire étant bien ce que nous venons de dire, l’obligation s’irradie, se diffuse, et vienne même s’absorber en quelque autre chose qui la transfigure.Voilà un paradoxe de plus : cette notion commune, polymorphe et multiséculaire, n’a jamais été systématiquement explorée dans sa profondeur historique.Aux acteurs du secteur de concrétiser cette volonté.La suppression, unilatérale brutale et irrespectueuse, de ces paragraphes, a attisé la colère de Cuba et des pays de l’Alba représentés à Bali.Ces régimes se confondent à l’état rudimentaire : il faut un chef, et il n’y a pas de communauté sans des privilégiés qui empruntent au chef quelque chose de son prestige, ou qui le lui donnent, ou plutôt qui le tiennent, avec lui, de quelque puissance surnaturelle.Maintenant, quel est le régime d’une société qui sort des mains de la nature ?Les deux choses ne diffèrent-elles pas au point de s’exclure, et de ne pouvoir s’appeler du même nom ?Ce qui le prouve, c’est que chaque partie apparaît au joueur avec une physionomie qui lui est propre.

Share This:

3 thoughts on “La vraie révolution entreprenariale ? Le droit à l’erreur !

  1. Pingback: Quand la zone euro dévalue… intérieurement | Park Hampton Court

  2. Pingback: PRÉSIDENT CHARISMATIQUE | Web Ranking Strategy Analysis

  3. Pingback: La redécouverte d’avantages oubliés et un contexte favorable | Palace Auto 23

Comments are closed.